green and yellow fish on water

Ma créativité et celle de Dieu

Cet article résume les éléments de conclusion que j’ai proposé pour le stage de formation continue des pasteurs de l’Eglise protestante Unie de France intitulé « Vous avez du talent! Créativités et co-création ». Deux articles précédaient cette intervention : La co-créativité de Dieu ; Le Dieu collaborateur.

Créativité

En théologie, il me semble fructueux de travailler à partir de tensions. Ce sont elles qui nous font avancer dans l’explicitation de ce qu’il en est de Dieu aujourd’hui.

La thématique du stage était « la créativité ». Je donne une brève définition personnelle : il s’agit de la capacité à générer quelque chose de nouveau à partir d’un matériau à disposition. Par rapport à cette thématique je propose d’identifier la tension suivante : La joie d’être créateur – ou de participer à la créativité de Dieu – vient avec les souffrances du travail en vue du Royaume.

Par rapport à cette tension, je propose les thèses suivantes :

§ Je ne sais pas quelle est l’oeuvre finale du Dieu créateur

§ Par Jésus-Christ je sais comment le créateur travaille à l’accomplissement de son oeuvre.

§ J’ai confiance dans le fait qu’il souhaite que je prenne part à son travail et ainsi à l’accomplissement de son oeuvre.

Ces thèses me permettent de me projeter sur un travail théologique qui intègre la notion de créativité.

Ma méthode

Ces éléments prolongent ce que j’ai développé dans l’article Intervenir en théologie systématique.

Lors du stage j’ai proposé différentes animations. Mon intention dans la construction de ces animations s’articulait autour de deux points : (i) proposer un contenu théologique où la forme de la transmission correspond au contenu transmis ; (ii) Activer et valider les compétences théologiques de celles et ceux qui participent à la formation. Par rapport au thème de la formation, mon objectif était le suivant : proposer une expérience de créativité où Dieu peut prendre sa place.

J’ai retenu plusieurs points d’attention pour la construction et la prise en charge de ces animations :

  • Je ne sais pas sur quoi elles vont finir. Je ne maîtrise pas l’entièreté du contenu qui sera travaillé dans la séance, mais uniquement une partie.
  • Dans ces animations, je suis appelé à être témoin de ce que je comprends de la volonté de Dieu manifestée en Jésus-Christ.
  • Trois points me paraissent importants pour mon rôle : (i) proposer une animation ; (ii) risquer des impulsions théologiques ; (iii) être garant d’un cadre.

Ces éléments participent de l’élaboration de ce que j’ai envie d’appeler une méthode pneumatologique – tout en ayant conscience des risques qui viennent avec la recherche d’une telle méthode. J’espère que les point de repère que je me donne lui rendent justice.

Les étapes de la partie « théologique » de la session

J’ai proposé trois étapes principales à cette session. J’en restitue brièvement les éléments principaux.

(i) L’image de Dieu. Par un processus qui impliquait de la co-création, les participant·e·s ont proposé une image du Dieu « co-créateur » et du Dieu « collaborateur ». Nous avons ensuite eu un échange autour de ces images et du processus de co-création théologique.

(ii) Le rôle du ministre. Une partie des participant·e·s se sont soumis à l’exercice de promouvoir leur propre rôle – en tant que pasteurs – dans un projet collaboratif/co-créatif en 180 secondes. S’en est suivi un échange sous le monde de l’aquarium ouvert autour des tensions qu’ont manifesté ces présentations.

(iii) Ma place dans la créativité de Dieu. Les participant·e·s ont écrit un bref texte de témoignage au sujet de leur propre participation à la créativité divine, en le mettant en lien avec un verset biblique. Après avoir fixé ensemble une petite charte éthique pour permettre des échanges sécures et en confiance, les participant·e·s ont ensuite échangé en sous-groupes autour de ces textes. Cette partie s’est terminée par une restitution en plénum.

Une dernière partie a fait office de conclusion récapitulative à l’ensemble de la partie théologique.

Perles

Une partie du contenu théologique a été générée par les participant·e·s eux-mêmes. J’en redonne ici quelques éléments qui nous ont particulièrement marqué avec Ottilie Bonnema (l’une des deux animatrices de la session).

La créativité est l’investissement d’un écart. Dans cet écart il s’agit de se faire l’interprète de Dieu, et ainsi l’interprète de soi-même, dans la différence d’avec Dieu. Cet écart est le lieu d’une tension. Celle-ci peut déboucher sur la joie, comme sur la souffrance : la tension est notamment celle désir oscillant entre un narcissisme qui se coupe d’autrui (voire l’instrumentalise) ou une générosité qui déborde par delà elle-même.

La réflexion théologique sur la créativité invite non seulement à penser le rôle de celui qui crée, mais aussi le rôle de celui qui observe. Ce dernier n’est pas isolé de la co-créativité divine, mais y prend part. Certains moments du stage ont particulièrement mis en évidence ce rôle et sa fécondité : dans l’écart, il se fait témoins de la créativité.

Dans la créativité de Dieu, le vide, l’absence ou le silence est une condition de la création – au même titre que sa présence. C’est une autre manière de dire le rôle de l’écart dans la créativité. Ce qui est mis au centre ici, c’est le rôle de la confiance dans le procès de la créativité commune. Le vide met la confiance à l’épreuve, tout comme il l’appelle de ses voeux – ce vide pouvant d’ailleurs être expérimenté comme un trop plein, un chaos où l’on ne saisit pas très sa propre place, ni celle des autres, ni comment s’en sortir.

Impulsions

J’ai conclu sur quatre impulsions

I Nous sommes les oeuvres du Dieu créateur. Nous sommes créé·e·s à l’image et à la ressemblance du Dieu Créateur. Cette phrase invite à penser la relation entre différents termes : Désir ; Vocation ; Charismes ; Foi ; Oeuvres ; Travail ; Nous ; Moi ; Dieu.

II Quand je suis porteur et responsable de créativité, quelle autorité est-ce que je déploie ? Il est en effet apparu que des enjeux éthiques sont liés à la créativité : notamment parce que la créativité à plusieurs s’organise, mais également parce qu’elle peut être lieu de prise de pouvoir aliénante – voir à ce sujet mon article sur la Toute-Puissance en Eglise (résumé d’un livre d’Edith Tartar-Goddet).

III Quel est le rôle de la prière dans ma créativité ? Avec l’absence d’une étude biblique plus approfondie, il s’agissait là d’un angle-mort de ce que j’ai proposé. Mon intuition à ce sujet serait la suivante : la prière manifeste l’écart entre Dieu et nous dans la co-créativité divine, tout en indiquant ce qui se passe dans cet écart.

IV Deux textes bibliques à méditer : la description de la participation de la Sagesse à la créativité divine originelle (Proverbes 8,22-31) et le deuxième récit de création de la Genèse, là où il apparaît que Dieu a besoin de l’être humain pour faire pousser les végétaux (Genèse 2,4b-6).

water droplets on clear glass

Toute ma reconnaissance aux participant·e·s à ce stage, pour m’avoir fait confiance et permis de grandir un peu plus dans ma compréhension de la créativité de Dieu !


Cette création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 4.0 International.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.