La compétence spirituelle

La compétence spirituelle

mars 2, 2020 0 Par EJaillet

Être compétent spirituellement. Voilà quelque chose que l’on entendra peut-être de plus en plus souvent. Une compétence spirituelle est attendue de la part des ministres dans les Eglises protestantes. Elle l’est aussi dans la formation des jeunes.

JACK B : une formation

En courant de semaine je suis tombé sur cette vidéo du Service Formation et Accompagnement de l’EERV. Tu peux jeter un oeil dessus, elle est sympa !

A priori la vidéo s’adresse à un public précis : celui qui serait JACK A – ou à quelqu’un qui ne serait pas encore JACK ?

Qu’est-ce que JACK ?

Pour ceux qui ne connaissent pas, être JACK est une manière pour un-e jeune de s’engager dans l’Eglise après ou pendant son catéchisme – la formation est commune aux Eglises réformée et catholique dans le canton de Vaud. Dans le contexte de l’Eglise réformée, à côté des groupes de jeunes locaux, c’est un peu promu comme la voie royale post-catéchisme.

Par rapport à l’historique autour des JACK je t’invite à lire l’article d’Armin Kressmann, paru dans Inter Pares novembre 2019. Il l’a partagé sur son blog.

Un pôle en développement

Les JACKs forment un groupe grandissant, qui a mené notamment à la création spontanée d’une instance cantonale : AGORA (ou “Le synode des jeunes”). S’ils ne sont pas représentatifs nécessairement de l’ensemble de la jeunesse de l’Eglise réformée dans le canton de Vaud, ils en sont une expression importante. Côté catholique, on saluera tout ce qui se fait autour de PASAJ.

L’une des grande force du projet JACK est de lier la croissance personnelle dans l’Eglise à des engagements concrets – dans des camps et d’autres activités liées au catéchisme la plupart du temps, mais pas que.

“Compétence spirituelle”

Si cette vidéo a retenu mon attention, c’est en partie parce qu’elle illustre quelque chose que j’ai rencontré dans le cadre de ma thèse. En milieu protestant on voit se développer l’attente d’une “compétence spirituelle”. Si en Allemagne on a pu parler de “compétence théologique” comme un attendu pour les ministres de l’Eglise protestante, l’attente d’une “compétence spirituelle” est plus récente ! Et comme on le voit dans cette vidéo (dès 02:55), elle est aussi une partie de cette formation.

Sabine Hermisson et Spirituelle Kompetenz

Sabine Hermisson – Wuppertal

C’est à la théologienne protestante germanophone Sabine Hermisson, que l’on doit une excellente étude sur cette notion. Voir son ouvrage :

  • Hermisson Sabine, Spirituelle Kompetenz. Eine qualitativ-empirische Studie zur Spiritualität in der Ausbildung zum Pfarrberuf, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2016 (Arbeiten zur Religionspädagogik 60).

Il s’agit d’une étude qui cherche sur la base d’une enquête de terrain à arriver à une construction théorique. C’est une méthode de grounded theory, ou théorie ancrée. L’approche est inductive plus que déductive. Dans cette étude, Hermisson a récolté quantité d’informations sur les cursus de formation au ministère pastoral dans des églises protestantes de langue allemande (Allemagne, Autriche, Suisse).

Trois aspects

Je vais sans doute revenir sur d’autres éléments de sa publication dans des articles ultérieurs. Ici je veux juste mentionner les trois aspects principaux de la “compétence spirituelle”, telle que son étude l’a élaborée.

  1. La spiritualité personnelle : « – la capacité à la clarification, au déploiement, au développement et au soin de sa propre spiritualité ; – l’expérience de sa propre spiritualité comme une partie constitutive de sa propre existence théologique et pastorale » (p. 139)
  2. Les connaissances au sujet de la spiritualité (Sachkenntnisse) : « – des connaissances quant aux méthodes et formes de spiritualité ; – des connaissances quant à différents courants spirituels ; – des connaissances quant à l’histoire de la spiritualité » (p. 139-140)
  3. La communication de la spiritualité : « – la capacité de présenter et de réfléchir son propre cheminement spirituel ; – la capacité à donner des informations au sujet de sa propre spiritualité ; – la capacité à une perception valorisante de différentes formes de piété ; – la capacité à accompagner des personnes dans un cheminement spirituel » (p. 140)

Les cursus de formations que Hermisson a investigué présente, plus ou moins exhaustivement, ces différentes attentes.

Rassemblement des compétences

La compétence spirituelle du JACK B?

La communication de la spiritualité

Dans le cadre de la vidéo qui introduit cet article, la “compétence spirituelle” du JACK B est formulée sous différents titres :

  • Se positionner par rapport à sa propre spiritualité
  • Accompagner autrui dans son cheminement et favoriser son cheminement
  • Comprendre et transmettre des thématiques bibliques

Avec ces éléments on remplirait en tout cas les conditions pour ce qui concerne la “communication de la spiritualité”. Les deux autres aspects sont moins mis en avant par la vidéo.

Cette manière de théoriser la place de la “spiritualité” en terme de compétence est franchement neuve ! Il y aura sans doute encore des évolutions à l’avenir.

Un encouragement à la croissance ?

Ce qui est particulièrement intéressant c’est que la notion de “compétence spirituelle” engage la personne dans un processus de croissance personnelle tout en lui donnant une place dans une mission plus englobante. Le développement personnel prend place au sein d’une histoire plus large, sans que cette histoire noie l’individu.

Tout cela participe dans tous les cas, il me semble, d’une institutionnalisation de la dimension “spirituelle”. Et je crois que ce phénomène doit être pensé comme faisant partie de la “spiritualité” pour le christianisme protestant, et non pas comme lui étant contraire.

Reste encore à penser, à dire et à discerner comment ces expressions de la “spiritualité” protestante (réformée) participent de l’annonce de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ.

Je conclue avec les derniers mots de la seconde épître de Pierre

“Continuez à progresser dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et sauveur Jésus Christ. À lui soit la gloire, maintenant et pour toujours ! Amen.”

2 Pierre 3,18 – NFC