two children playing water during daytime shallow focus photography

Face aux faits de violence. Animations

Contexte

Cette animation a été pensée pour le contexte d’une retraite de conseil paroissial centrée autour de la constitution d’une responsabilité communautaire à l’égard des faits de violence, la prévention d’abus, les outils et les ressources possibles pour répondre communautairement aux faits de violence.

Objectif

Par le jeux de rôle, il s’agit de confronter les participants·es à des comportements caractéristiques des faits de violence, à leur capacité à donner réponse à ces comportements, ainsi qu’à mettre en évidence les dimensions psycho-affectivess et éthiques de leur réponse.

Plan d’animation

  1. Présentation des objectifs et du fonctionnement des jeux de rôle, distribution des fiches de discernement.
  2. Enchaîner les 4 séquences ou plus avec tous les participants·es.
  3. Répondre aux questions de la fiche de discernement
  4. Faire un tour de table pour évoquer les éléments relevés

Remarque : la durée exacte de l’animation doit encore être expérimentée. Prévoir 20 minutes de temps par participant·es.

Indications pratiques et matérielles

Déroulement d’une séquence

  1. L’animateurice et le ou la la participante se lèvent.
  2. L’animateurice donne le contexte de la phrase qui va être énoncée.
  3. L’animateurice joue la phrase.
  4. Le ou la participante prend le temps d’une respiration.
  5. Le ou la participante donne une réponse d’une phrase à ce qui vient de lui être dit – elle peut aussi ne rien dire.
  6. L’animateurice invite le ou la participante à se rassoir.

Exemples de séquences

Séquence 1 – Humiliation publique

Lors d’un apéro, à la suite d’un culte ou d’un événement régional une personne humilie publiquement un responsable de la communauté. La personne humiliée est présente.

« De toute façon, elle, on sait que Jacqueline est incapable de dire deux mots d’affilées sans s’emmêler les pinceaux. Mais vous l’avez déjà entendues ? ! Devoir l’écouter c’est juste une horreur et en plus elle est touche pas le poque au niveau relationnel. Toujours à s’isoler dans son coin et à jamais chercher le contact avec de nouvelles personnes ! Franchement ! Et après on s’étonne que ça n’avance pas ! » 

Séquence 2 – Commérage et prise de pouvoir

Une personne vous prend à part à la fin d’un culte ou d’un événement de la paroisse et vous met en confidence. 

« Comme tu es une personne de confiance, et que je sais que tu vas comprendre, je voulais juste te dire que la semaine prochaine je vais écrire aux membres du conseil paroissial à propos Mireille. Il paraît qu’elle fricote avec la présidente. C’est horrible ! Il faut que ça se sache. Mais ne dit rien à Bertrand, à Andrée. Et surtout pas à notre ministre! Je m’occupe de ça. »

Séquence 3 – Déni des faits de violence

Vous avez assisté à un fait de violence (humiliation publique) et vous avez confronté la personne responsable au sujet de son acte. Elle vous répond à la suite de votre interpellation.

« Ha mais j’y crois pas ! Je dis deux mots et j’ai le droit à ça ? Si parler ouvertement te choque, alors je crois qu’on a un problème autrement plus important ! humiliation ; faudrait arrêter de déconner ! Si dire les choses c’est humilier alors je vois plus très bien comment on pourrait encore parler normalement ici. Il va falloir se remettre sérieusement en question là ! » 

Séquence 4 – Relativisation des faits de violence commis par une tierce personne

Vous avez interpellé un membre ou un responsable de la paroisse sur les faits de violence perpétré par une membre de la communauté. Il vous répond à la suite de votre interpellation.

« Tu sais, c’est pas la première fois qu’elle fait ce genre de truc. Ça lui prend parfois. Le mieux c’est de laisser couler. Ça sert à rien de faire des vagues et de toute manière on a pas d’énergie à perdre avec ça. Quand tu entends ça t’écoutes d’une oreille et tu passes à autre chose. Et puis, il faut dire qu’il a pas tout à fait tort à propos de Jacqueline – même si c’est peut-être un peu dur à entendre. »

Questions pour le discernement personnel

Après avoir expérimenté une séquence, ou après avoir observé les séquences des autres participants·es, on peut se poser les questions suivantes :

(A) Quelles sont les émotions et sensations que j’ai ressenties ?

(B) Quels sont les points communs entre les différentes séquences ? 

(C) De quoi ai-je besoin pour répondre de manière « évangélique » dans ces situations ?


Cette création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 4.0 International.

En lien avec cette animation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code