Avent IV Lumière

Lumière

L’Avent est un cheminement. Une fois dans l’année, mais pour toute la vie, dans l’attente que Dieu vienne et accomplisse ce qu’il a promis.

En marche, à l’écoute de ce qui s’est passé, et de ce qui est promis.

En Texte

Tu attends

Est-ce que tu te prépares?

Ce que tu attends, tu l’as déjà rencontré,

C’est au départ de ta vie, de ton existence,

Elle l’a traversée, dans les pulsations de ton sang, dans les vibrations de ta voix, dans les replis de ton esprit.

Elle vient à toi dans le souffle qui remplit tes poumons, dans les mots que l’on t’adresse, dans les contacts bienfaisants, protecteurs ou guérissants.

C’est déjà arrivé, et cela arrivera encore : et tu te prépares.

La lumière arrive

Pour le dire comme Israël le disait en son temps : Christ arrive.

Comme les anges l’ont annoncé et l’annoncent de tout temps,

Présence dans l’obscurité, amour dans l’adversité, réponse aux questions sans fin,

Seul roi, seul seigneur et seul maître de toute éternité,

Porteur de lumière, de joie, de justice et de paix dans le monde, sur la terre comme au ciel.

Et tu l’attends.

Annie Lennox – Into the West

Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 4.0 International.

Avent I Obscurité

Photo de Lucas Pezeta provenant de Pexels

L’Avent est un cheminement. Une fois dans l’année, mais pour toute la vie, dans l’attente que Dieu vienne et accomplisse ce qu’il a promis.

La première étape, c’est de dire là où l’on se trouve.

Assis dans l’obscurité

Avent I – Obscurité

Psaume 137

Assis, perdus, détruits, en pleurs, nous nous souvenons de la vie des temps heureux avec Dieu.

Nous avons pendu nos instruments de musique aux saules pleureurs. Ceux qui nous ont mis là nous réclament des chansons entraînantes. Ils nous disent : “Allez! Chantez-nous un gospel qui donne la pêche!”

Comment pourrions-nous le faire alors que nous ne savons plus où nous en sommes?

Si je t’oublie ma patrie spirituelle, alors que j’oublie aussi tout le reste ! Que je devienne muet si je t’efface de mes pensées, si je ne te fais plus passer avant tout le reste.

N’oublie pas mon Dieu, ceux qui voulaient tout détruire de ce que nous avons construit avec toi.

Mais éliminer autrui, c’est se mettre en posture d’être éliminé à son tour. Comment ne pas nous réjouir de la destruction future de ceux qui nous ont détruits? Et la loi du plus fort finit par avoir raison des fruits qu’elle a elle-même engendrés.

Heureux qui en fera table rase!

Christian Vez, Les Psaumes comme je les prie, 2019

Merci à Céline Jaillet pour la lecture de ce psaume !

Une reprise parmi une autre…

Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 4.0 International.