GETI 2022 | Journal de bord #3

29.08.22

Aujourd’hui je me rends compte que mes réserves d’énergie ne sont pas très élevées. Je vais avoir besoin de moments aussi pour me ressourcer, pas avec tout le temps du monde autour de moi. Je dois notamment faire un peu de traduction lors de nos temps en sous-groupe : ça demande beaucoup de concentration !

Prier avec la création

Lors du temps de célébration de ce matin, nous avons rejoins la prière portée par la création dans son ensemble. Nous avons notamment psalmodié ce poème de Rabindranath Tagore, mis en musique par Francisco Feliciano, un compositeur philippin majeur : « Silence my soul, theses trees are prayers. I asked the tree : « tell me about God ». Then, it blossomed »

Conférences

Guérir les mémoires, des mémoires qui guérissent

La première session était dévolue à la thématique Healing Memories. J’en ai déjà parlé dans un autre article : Guérir les mémoires. La conférence était donnée par la Dr. Amélé Ekué (luthérienne, Togo) avec une réponse de la Dr. Jennifer Wasmuth (luthérienne, Allemagne). Je retiens surtout une idée : la mémoire de la passion du Christ, appelée à être actualisée dans l’eucharistie, interrompt les cycles de violence et de rétribution, recentrant la vie sur la force vivifiante portée par Jésus. La conférence de la Dr. Ekué était impressionnante, et j’ai pas mal de choses à digérer.

Durant sa réponse de la Dr. Wasmuth, est revenue sur le processus de réconciliation entre luthériens et mennonites. J’aimerais m’intéresser de plus prêt à l’histoire de ce processus, en le mettant en lien avec ce qui a été fait du côté de l’EERS, avec le document Christus est unser Frieden publié en 2009.

Un kairos pour la création

La deuxième session s’est concentrée sur la thématique écologique – sauvegarde de la création, responsabilité face au changement climatique, etc. La conférence était donnée par le Dr. Dietrich Werner (luthérien, Allemagne) et une réponse de Dr. Upolu Luma Vaai (Fiji, Méthodiste). La conférence du Dr. Werner a donné énormément d’informations sur l’histoire et l’état actuel de l’engagement écologique du Conseil Oecuménique des Eglises, soulignant qu’il faudrait que l’Eglise soit à l’avant-garde de ces enjeux, notamment en intégrant des cursus en éco-théologie et éthique environnementale dans les cursus dont elle a la responsabilité (écoles, formations théologiques, etc.). Je retiens également l’idée de rentrer dans une période de Shabbat dans notre relation avec la création.i

La réponse portée par le Dr. Vaai, a mis en évidence une conception terreuse – ou sale de l’être-humain (people from the dirt), où l’environnement fait partie de la personne. Dans la recherche des alternatives à notre comportement actuel, il faut nous tenir à distance des attitudes extractivistes. La décentralisation et la lutte contre une globalisation imposée par la logique de marché doivent également faire partie des comportements à adopter.

Un temps de ballade

Nous avons terminé la journée avec un temps de prière commune, centré sur l’intercession en faveur des personnes qui se situent dans les marges de nos sociétés. Le secrétaire général interim du COE, Ioan Sauca, a également pris la parole à la fin de ce temps de prière, pour un message évoquant notre participation à la création et au fait que l’Eglise ne se trouve pas au milieu du village, mais à l’extérieur des murs de la ville.

Aujourd’hui je me suis rendu compte que j’arrive à un bout de saturation intellectuelle par rapport à la thématique écologique. J’ai besoin de rentrer dans une relation plus incarnée avec cette thématique – la célébration du matin, dans sa simplicité, sa beauté, dans la résonance avec la forêt qui nous entoure. m’a émue aux larmes. Il y a quelque chose de profond et d’intime, qui résonne en ce moment pour moi avec cet enjeu – dont le discours et les impératifs pratiques n’arrivent pas à rendre compte.

Suite au bon conseil d’une autre étudiante, je suis allé désaturer mon esprit avec une promenade dans la forêt voisine.

Croisement
Appel – Transformation

Beautiful People

Voici Julius Kithinji Kiambi

🇰🇪 Il vient du Kenya, et est membre de l’église méthodiste – historiquement liée à la mission britannique

🎓 Il enseigne la Théologie et forme au ministère pastoral à la St. Paul University (Limuru), une institution œcuménique rassemblant les anglicans, les méthodistes, les reformes, etc. Il est aussi ordonné au ministère pastoral.

✝️ Il vient au Conseil Œcuménique des Eglises / GETI pour élargir son expérience œcuménique. Jésus est son sauveur et le ministère paroissial est une dimension importante de sa vie.


Cette création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 4.0 International.

Notes de bas de page de l'article
  1. Il a également indiqué la publication récente d’un ouvrage important : International Handbook on Creation Care and Eco-Diakonia. Concepts and Theological Perspectives of Churches From the Global South, Regnum Book, 2022[]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.