boy and girl standing at beach

Tou·te·s théologien·ne·s : soutiens au discernement

Contexte et mandat

Le 1er décembre 2020, Elio Jaillet et Etienne Guilloud ont adressé au Synode un texte, dans lequel ils exprimaient leur conviction que chaque membre du Synode a une part égale de la « responsabilité théologique » qui incombe au Synode de l’EERV (article 18 du Règlement d’organisation). Ils soutenaient alors qu’il doit être garanti à chaque membre du Synode de recevoir l’occasion de discerner sa propre position théologique sur un sujet discuté au Synode, afin de pouvoir exercer sa responsabilité théologique au sein du Synode. En particulier, les deux soussignés proposaient que les « séances préparatoires » du Synode soient investies comme lieu de discernement théologique, et que le Synode travaille explicitement son identité théologique. 

Le bureau du Synode a reçu positivement ce texte, et a convenu avec Elio Jaillet et Etienne Guilloud, qu’aidés par d’autres personnes, ils visitent les différentes séances préparatoires au Synode et élaborent des propositions d’animation de ces séances en vue du discernement théologique de ce lieu. Marie Breitler et Claire-Lise Walz ont ainsi rejoint le groupe « tou·te·s théologien·ne·s ». 

Du 25 mai au 9 juin 2021, les membres du groupe, à l’exception de Claire-Lise Walz, elle-même déléguée au Synode, ont assisté aux rencontres préparatoires du Synode pour en observer le déroulement. Sur la base de leurs observations, tout le groupe « tou·te·s théologien·ne·s » s’est réuni pour voir si des propositions d’animation en vue d’un discernement théologique renforcé étaient envisageables, et si oui lesquelles.

Le groupe a choisi d’exposer plusieurs idées d’outils de discernement ou d’animation des séances préparatoires. De plus, il formule, dans une seconde partie, quelques idées qui dépassent le cadre des séances préparatoires. Ces dernières pourraient être considérées soit comme des mémos, soit comme des amendements au vade-mecum.

A Pour une plus grande expression des enjeux théologiques des points à l’ordre du jour

A plusieurs reprises, le groupe a observé que, lors des séances préparatoires au Synode, les points à l’ordre du jour étaient traités uniquement sous une perspective concrète : le critère qui guide le positionnement vis-à-vis des objets de vote est celui de sa faisabilité. On se demande donc si l’objet de vote est réalisable, on imagine et on questionne sa mise en application, mais on thématise beaucoup moins les enjeux théologiques de la proposition. 

Le groupe fait les hypothèses suivantes pour expliquer ceci : 

Une pluralité théologique existe dans notre Église. Cette pluralité théologique n’apparaît pourtant pas de manière formelle. Les membres du Synode de l’EERV n’appartiennent pas à des fractions théologiques, dans le style des partis politiques. Les séances préparatoires se vivent entre Régions, et non entre personnes proches théologiquement. Ainsi, ces séances ne sont pas pensées prioritairement comme des lieux où se développent des postures théologiques particulières. 

De plus, un certain nombre de réserves incitent à ne pas discuter des questions de fond, mais invitent au contraire à se concentrer sur les questions pratiques des objets de vote. La peur ou la gêne d’expliciter ce qui sous-tend le positionnement personnel, la volonté de vouloir garder la discussion au niveau concret, ou encore le sentiment de ne pas être légitime d’exprimer une posture théologique en sont peut-être des raisons

Néanmoins, le groupe « tou·te·s théologien·ne·s » estime que le Synode, en charge de la responsabilité théologique de l’EERV, pourra mieux discerner les enjeux théologiques des points à l’ordre du jour s’ils sont thématisés. À cet égard, aborder des questions de fond lors des séances préparatoires permettrait aux délégués de conscientiser davantage leur responsabilité théologique commune. 

C’est pourquoi le groupe propose que les séances préparatoires ne discernent pas uniquement la faisabilité des points à l’ordre du jour, mais que l’évaluation théologique des objets de vote soit également thématisée comme un critère de positionnement. En particulier, le groupe propose les outils d’animation suivants : 

1 Structure des discussions

Les discussions des séances préparatoires sont la plupart du temps organisées selon les points de l’ordre du jour. Cependant, les discussions se font d’une manière peu structurée : les questions de clarifications se trouvent parfois entourées de réactions, les avis concernant les mises en œuvre des propositions couvrent parfois des expressions théologiques.

Le groupe « tou·te·s théologien·ne·s » propose que dans l’animation des discussions, une différenciation entre les questions de clarifications, les réactions d’une part et entre les arguments pratiques et théologiques d’autre part, soit encouragée.

2 GPS de positionnement théologique

Toujours pour susciter une meilleure prise de conscience et un développement des postures théologiques des participants, le groupe a évoqué l’idée d’un GPS de discernement théologique. C’est en outil qui permet de situer sa posture théologienne, de pondérer les références qui fondent sa posture, et de discerner les enjeux théologiques d’un thème.

Description

Un outil (encore à créer) qui permet à partir de n’importe quel point à l’ordre du jour de clarifier les différents éléments qui pondèrent sa propre posture théologique. Il se présente sous la forme d’une série de questions qui se répondent en plaçant un curseur sur un axe, pour ensuite offrir des résultats dans différents quadrants. Ces derniers sont les 4 sources principales du discernement théologique, à savoir le texte biblique, la tradition, l’expérience (ou le rite) et la relation (à soi et à son milieu).

Lieu et Temps

Dans le travail préparatoire personnel. Outil mis à disposition de toute l’Eglise.

Moyens

  • Format et technologie des Contact GPS
  • Michel Kocher, qui connaît bien les positionnements par GPS, pourrait être un soutien 

3 Prises de parole sur un thème

Une proposition qui vise à susciter une discussion de fond, sans qu’elle ne soit monopolisée par les questions de détail de la concrétisation, serait de consacrer un temps spécifique pour aborder les aspects théologiques d’un sujet en particulier. Chacun serait invité à expliciter sa posture théologique sur un thème. Ainsi, la discussion théologique aurait une place légitime au sein des séances préparatoires. 

Description

Une animation qui a lieu lors d’une séance de préparation, avec une personne tierce à la facilitation, sur un thème concret. À travers différents apports et différentes questions ciblées, les participant·e·s sont invité·e·s à nommer et donc clarifie leur posture théologique sur ledit thème.

Lieu et Temps

Séances régionales de préparation du Synode. Environ 30 minutes (compter 5 minutes par personne).

Moyens

  • Préparation en amont
  • Animation par un·e tiers facilitateur·rice

B Pour une plus grande disponibilité spirituelle et communautaire au discernement

Au niveau spirituel et communautaire, le groupe « tou·te·s théologien·ne·s » souhaite également faire les propositions suivantes :

4 Méditation d’ouverture au discernement spirituel

Pour favoriser une meilleure conscience de la responsabilité théologique des délégués au Synode, les séances de préparation au Synode pourraient être ouvertes par une méditation ou une prière qui prépare explicitement au discernement spirituel.

En effet, le discernement spirituel est à comprendre dans sa dimension communautaire. Le nommer, c’est déjà s’y engager.

5 Rite de pardon

Les relations entre les personnes sont parfois mises à l’épreuve du Synode, où des tensions peuvent se cristalliser. Or, ces conflits sous-jacents sont une entrave au discernement spirituel et communautaire. En effet, ils polluent les débats et fracturent la communauté synodale. 

Dès lors, vivre une ritualité de paix, à l’image du « Grand pardon », pourrait réduire les tensions qui altèrent les discussions, nourrir la communion, et œuvrer à faire du Synode un lieu de guérison pour l’Eglise.

Description

Un rite encore à créer, dans le même élan que celui proposé en début de législature (2019) où chacun·e était invité·e à déposer un caillou symbolisant une blessure. Placé lors des rencontres préparatoires, ou même avant ou après le Synode, son but serait d’offrir un espace pour nommer les blessures, sans pour autant être lénifiant. Ce pourrait évidemment être une cérémonie ouverte à d’autres personnes que les membres du Synode.

Lieu et Temps

Autour des sessions ordinaires, ou alors, lors des rencontres préparatoires pour un temps plus intimistes, en invitant les régions en question. Entre 1 et 4 fois par année.

Moyens

  • Création d’un rite par un groupe dédié
  • Liturgie

C Autres propositions sortant du cadre des rencontres préparatoires

Toutes les propositions d’animation du groupe « tou·te·s théologien·ne·s » concernant l’animation des séances préparatoires du Synode, en vue d’une meilleure responsabilité théologique entre les membres du Synode ont été exposées plus haut.

Toutefois, lors des discussions au sein du groupe, d’autres idées ont également émergé. Mais puisqu’elles sortent du cadre de l’animation des rencontres préparatoires, les voici en annexe : 

Commission de théologie

Une instance qui soutient le discernement théologique, dans une optique pluraliste toujours, et en lien avec les problématiques du terrain et du Synode.

Objectif

  • Proposer une définition de la théologie en milieu synodal
  • Entretenir la réflexion et la stimulation théologique
  • Être un lieu de discernement au travail théologique de l’EERV
  • Assurer le suivi du travail théologique

Description

Un «Tiers-Lieu» qui aurait comme fonction d’être un lieu de conseil pour le discernement. Sa composition serait à discuter.

Lieu et Temps

Rencontres régulières selon le rythme fixé par ladite commission. Disponibilité pour les questions synodales. Peut éventuellement servir de lieux de veille sur les interpellations mutuelles entre enjeux de société et théologie.

Moyens

  • Equipe pluri-institutionnelle

Amendements au vade-mecum

A.3 (nouveau) : Autorité théologique

Proposition : Ajout d’un paragraphe pour nommer explicitement le rôle d’autorité théologique du Synode et dire dans les grandes lignes comment cette autorité s’exerce, quelles sont ses limites et prérogatives. C’est aussi le lieu de dépôt de la définition de la théologie et du théologique dans les travaux synodaux.

D 4.1 Ouverture

Texte original : Un délégué est ensuite chargé de conduire le Synode dans un bref recueillement (prière, chant ou méditation)

Proposition : Un délégué est ensuite chargé de conduire le Synode dans un recueillement (prière, chant ou méditation) qui prépare explicitement au discernement spirituel.

Argumentaire : Le discernement spirituel est à comprendre dans sa dimension communautaire. Le nommer, c’est déjà s’y engager.

D 5 Déroulement des débats :

Proposition : Ajout d’un paragraphe au début pour inclure un point de clarification afin que les questions de clarification pures ne soient pas polluées par des réactions. Cela permet également de laisser plus de place pour exprimer les avis et réactions. C’est aussi un entraînement au travail de délégué·e qui doit se poser la question « ai-je bien compris de quoi il s’agit ? » avant de réagir. Cette proposition contribue à l’hygiène de la discussion, qui permet l’émergence d’un sujet théologien. Elle reprend des éléments de gouvernance partagée, à savoir la gestion par consentement. Une formation peut éventuellement être offerte aux membres du Bureau par Etienne Guilloud.

Proposition : Inviter à différencier les questions pratiques « comment ça va se passer » de l’appréciation théologique dans les argumentations.

Proposition : Ajouter un paragraphe avec une invitation à temporiser les prises de paroles lors du temps de réaction en invitant à i) faire une grande respiration ii) se demander ce que mon intervention va nourrir iii) s’exprimer en se réjouissant de contribuer au Royaume de Dieu

D 8 : Culte synodal et journée d’Eglise

Proposition : Renommer le titre en « Vie spirituelle » et ajouter un paragraphe pour parler de la célébration du Grand Pardon.

D 9.2 Préparation des séances

Proposition : Mentionner l’existence d’un GPS pour aider au discernement théologique.

D 9.3 Rôle de transmission

Proposition : Le délégué doit savoir vulgariser les dossiers reçus, pour permettre au terrain d’exprimer ses réactions/besoins par rapport à un thème. Il s’agit de ne pas se poser en «nous avons lu donc nous savons mieux que vous». Plutôt que de parler de transmission d’information, nous proposons de s’engager à développer une culture de l’invitation, tant du côté des délégué·e·s que des conseils. Ne pas simplement attendre les Assemblées, mais s’inviter dans les Lieux d’Eglise. [Suggestion hors vade-mecum : peut-être que le bureau du Synode, ou le Conseil Synodal, aurait une responsabilité d’interpellation vis-à-vis des instances régionales et des MiCo à encourager cette culture de l’invitation]

Commentaire pour l’édition du texte sur ce blog : je reproduis sans modifications le texte qui a été transmis au bureau du synode le 09 septembre. Mes seuls ajouts sont les liens URL proposés à certains endroits du texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code