La mission, mouvement de la spiritualité (communication pascale XIV)

dancing woman on concrete pavement

Dieu est présent au monde au-travers de sa mission. Elle est la réponse de Dieu au drame qui traverse sa création. La mission est un acte d’amour de Dieu, il l’engage à la suite d’un appel, elle a la forme d’une lutte et c’est en elle que l’Eglise prend forme.

La mission est un acte d’amour de Dieu

Tout comme la création, l’être de Dieu est au fondement de sa mission. En celle-ci le Dieu qui est Père, Fils et Saint-Esprit s’engage en faveur d’un autre que de lui-même. C’est en son propre nom que Dieu s’engage dans l’histoire du monde, en faveur de la création.

Elle s’origine dans un appel

L’action de Dieu en faveur de sa création est la réponse à un cri : celui de son peuple (Ex 3,7), celui de son Fils (Mc 15,37), celui de la création (Rm 8,22). La réponse de Dieu à ces cris est une action : sa mission. Dieu intervient dans un monde dans lequel retentit le cri et l’appel qui lui est adressé.

La mission a la forme d’une lutte

Dieu intervient en faveur de sa création. Cela signifie que sa mission s’opposera à tout ce qui contredit sa création. Le registre de l’action de Dieu dans sa mission est donc celui de la lutte. En Pâques, cette lutte a trouvé sa fin et Dieu y a montré les contours de sa victoire. Dorénavant, l’issue de toute lutte est déjà décidée.

C’est dans la mission que l’Eglise prend forme

Dieu fait participer d’autres que lui-même à sa mission. Dieu donne à d’autres la grâce de participer à sa lutte en faveur de la création. Ces “autres” forment le corps du Christ, et c’est l’humanité dans son entièreté qui est appelée à en participer. L’Eglise a pour tâche de faire signe en direction de ce corps.

La mission de l’Eglise trouve son fondement dans la mission de Dieu qui se déploie selon son plan de salut et qui touche tous les domaines de la vie humaine. L’Evangile est une bonne nouvelle, une force de transformation individuelle et sociale. Il demande à être incarné dans le concret de la vie des individus et des communautés.

La missio dei ou “mission intégrale”, selon le Département Missionnaire des églises réformées de suisse romande.

La mission comme acte de Dieu dans le drame

Dans le drame qui traverse la création, Dieu agit. Il le fait non pas sur le mode de l’action immédiate, mais sur le mode de l’envoi (en latin missio). Le Père envoie le Fils dans le monde pour rendre témoignage à l’amour. L’Esprit-Saint est envoyé dans le monde pour fortifier toute personne dans l’amour. L’Eglise est envoyée dans le monde pour rendre témoignage à la Vérité manifestée en Christ. Dieu s’est envoyé lui-même dans le monde pour prendre sur lui le salut de sa création.

Cet envoi trouve sa résolution en “Pâques”, cet événement où la vie de Jésus de Nazareth trouve son terme et son sens. Le crucifié est le ressuscité. Le ressuscité est le crucifié. Cet homme est le Fils de Dieu, celui qui était oint de l’Esprit-Saint.

De la hauteur de cet événement retentit l’appel de Dieu envers toutes celles et ceux qui accordent leur foi au nazaréen, à Jésus. De là, ils les envoie dans le monde, pour témoigner de la Bonne Nouvelle : Dieu s’est fait proche de vous, son Royaume arrive de manière imminente, tournez vous vers lui, croyez! La “spiritualité”, en son sens chrétien, est la participation à ce mouvement, à sa réactualisation particulière dans chaque vie. Ce mouvement est orienté sur l’accomplissement de la volonté de Dieu dans sa Création.

Si cet article vous à intéressé ou interpellé, n’hésitez pas à partager et à commenter!


Cette création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 4.0 International.