L’utilisation des media par l’Eglise

Ce n’est pas parce qu’on découvre l’usage ecclésial d’internet qu’on est pour autant une meilleure Eglise du Christ. Elle a une responsabilité énorme dans l’utilisation des media.

Il y a quelques jours Nicolas Friedli a posté un article un peu piquant. Il traite de l’utilisation d’internet par les acteurs ecclésiaux. Celle-ci est beaucoup plus intense en ce moment à cause de la pandémie.

L’article pose une alternative : media ou communauté?

Il y aurait un contraste entre entre deux utilisations. d’internet. L’une comme media afin de communiquer des contenus fermés. L’autre comme outil communautaire, notamment sous la forme du blog.

Ce qui me pose problème dans cette analyse, c’est la qualification de la notion de media et la vision de la “communication” qui la sous-tend. Le media ne serait que le moyen pour faire passer une information entre un émetteur et un récepteur. Nicolas lui oppose le blog qui suscite et crée de la communauté.

L’opposition est trop simple

Media veut dire “moyen” ou “intermédiaire”. Il n’y a pas de communication sans media et la manière d’utiliser le media a une grosse influence sur la communication.

La critique doit être plus radicale. L’utilisation du media “internet” par les acteurs ecclésiaux rend est-elle réellement présent le corps du Christ ? Ou bien ne fait-elle que conserver des relations aliénantes, paresseuses et mensongères ?

Oui, il faut aller dans la stratosphère !

Le problème identifié par Nicolas est le même que celui des sacrements. La cène, la prédication, le baptême, le service du prochain, etc. sont les media de la communication de Dieu à nous. En tant que tel ils sont bien des outils communautaires. Selon les situations, il y a une manière de les investir qui est fidèle à l’évangile et il y en a qui ne le sont pas.

Le repas par le media

Certaines utilisations des media produisent une communauté aliénée et aliénante. À ce moment il y a une crise des sacrements. Ce n’est pas autre chose que ce que Paul accuse dans l’épître aux corinthiens :


17 En passant aux remarques qui suivent, je ne vous féliciterai pas, car vos réunions vous font plus de mal que de bien. 18 Tout d’abord, on m’a dit que lorsque vous vous réunissez en assemblée, il y a parmi vous des groupes rivaux, et je le crois en partie. 19 Il faut bien qu’il y ait des divisions parmi vous pour que l’on reconnaisse ceux d’entre vous qui sont vraiment fidèles. 20 Quand vous vous réunissez, ce n’est pas le repas du Seigneur que vous prenez : 21 en effet, dès que vous êtes à table, chacun se hâte de prendre son propre repas, de sorte que certains ont faim tandis que d’autres s’enivrent. 22 N’avez-vous pas vos maisons pour y manger et y boire ? Ou bien méprisez-vous l’Église de Dieu et voulez-vous humilier ceux qui n’ont rien ? Qu’attendez-vous que je vous dise ? Faut-il que je vous félicite ? Non, je ne vous féliciterai vraiment pas à ce sujet !

33 Ainsi, mes frères et sœurs, lorsque vous vous réunissez pour prendre le repas du Seigneur, attendez-vous les uns les autre. 34 Si quelqu’un a faim, qu’il mange chez lui, afin que vous n’attiriez pas le jugement de Dieu sur vous dans vos réunions. Quant aux autres questions, je les réglerai quand je serai arrivé chez vous.

1 Corinthiens 11,17-24.33-34 (NFC)

Dans cette situation, c’est bien la manière d’utiliser le media qu’est la Cène qui produit une communauté inégale. Pourtant, c’est bien le media institué par le Seigneur lui-même :

23 En effet, voici l’enseignement que j’ai reçu du Seigneur et que je vous ai transmis : Le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain 24 et, après avoir remercié Dieu, il le partagea et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites ceci en mémoire de moi. » 25 De même, il prit la coupe après le repas et dit : « Cette coupe est la nouvelle alliance, qui est conclue grâce à mon sang. Toutes les fois que vous en boirez, faites-le en mémoire de moi. » 26 En effet, jusqu’à ce que le Seigneur vienne, vous annoncez sa mort toutes les fois que vous mangez de ce pain et que vous buvez de cette coupe.

1 Corinthiens 11,23-26 (NFC)

Dieu juge sa communauté dans la manière qu’elle a d’investir ce media. Pourquoi ? Parce que la manière d’utiliser le media rend réelle une certaine communauté. Et au fond il y a deux types de communautés :

  • La communauté qui se satisfait d’elle-même.
  • La communauté qui cherche à communiquer le corps du Christ.

L’une va mourir, l’autre a la vie éternelle.

27 C’est pourquoi, celui qui mange le pain du Seigneur ou qui boit de sa coupe de façon indigne, se rend coupable de péché envers le corps et le sang du Seigneur. 28 Que chacun donc s’examine soi-même et qu’il mange alors de ce pain et qu’il boive de cette coupe ; 29 car si quelqu’un mange du pain et boit de la coupe sans reconnaître leur relation avec le corps du Seigneur, il attire ainsi le jugement sur lui-même. 30 C’est pour cette raison que beaucoup d’entre vous sont malades et faibles, et que plusieurs sont morts. 31 Si nous commencions par nous examiner nous-mêmes, nous éviterions de tomber sous le jugement de Dieu. 32 Mais nous sommes jugés et corrigés par le Seigneur afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde.

1 Corinthiens 11,27-32 (NFC)

La communauté communiquée

La “communication” n’est pas juste un moyen pour attirer plus de gens. Le chrétien, la chrétienne est par le fait même d’être chrétien-chrétienne, acte de communication. Le chrétien lui-même, par son existence, est media de la gloire de Dieu sur terre et produit une communauté. Il n’y a pour lui, pour elle, pas d’utilisation des media qui ne soit pas signifiante. Toute communication chrétienne est chargée de l’exigence évangélique et de la communauté vivante.

Tout ça sonne très lourd.

Il ne faut pas s’illusionner : qu’on le veuille ou non, quand on fait usage d’un certain media on communique quelque chose et on produit une certaine communauté.

La proclamation de l’Evangile me libère de l’angoisse de devoir le faire parfaitement. Par contre, j’ai une certaine responsabilité dans ma communication.

Il y a en conséquence un discernement à opérer.

Quel type de vie et d’existence mon usage du media encourage-t-il ?

Quel type de communauté est instaurée par mon utilisation du media?

Cela vaut dans mon utilisation d’internet, mais aussi pour le culte dominical, pour les visites, pour les animations diverses et variées, pour toute prise de parole en public, pour tout article publié, etc.

C’est un discernement absolument crucial. C’est dans ma manière d’investir les media que la gloire de Dieu est ou non rendu manifeste sur terre. Il en va de la tâche de l’Eglise, la présence du corps du Christ vivant dans le monde.


Pour poursuivre

  • Philippe Golaz propose un excellent bilan de son expérience de culte en streaming. C’est une exemplification du discernement que j’indique à la fin de l’article.
  • Sur le rôle d’internet comme media parmi d’autres media je recommande l’article Et les personnes qui n’ont pas internet – à nouveau de Nicolas Friedli.

Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 4.0 International.

2 réponses sur “L’utilisation des media par l’Eglise”

  1. Salut Elio, le lien sur l’article Et les personnes qui n’ont pas internet, de N Friedli, ne fonctionne pas, si tu sais comment le trouver… Merci pour ton travail et amitiés

    1. Merci Sophie ! J’ai demandé à Nicolas, il ne l’a pas encore remis en ligne pour l’instant. Il m’en a donné une copie par mail que je vais te transmettre 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code