Avent IV Lumière

Lumière

L’Avent est un cheminement. Une fois dans l’année, mais pour toute la vie, dans l’attente que Dieu vienne et accomplisse ce qu’il a promis.

En marche, à l’écoute de ce qui s’est passé, et de ce qui est promis.

En Texte

Tu attends

Est-ce que tu te prépares?

Ce que tu attends, tu l’as déjà rencontré,

C’est au départ de ta vie, de ton existence,

Elle l’a traversée, dans les pulsations de ton sang, dans les vibrations de ta voix, dans les replis de ton esprit.

Elle vient à toi dans le souffle qui remplit tes poumons, dans les mots que l’on t’adresse, dans les contacts bienfaisants, protecteurs ou guérissants.

C’est déjà arrivé, et cela arrivera encore : et tu te prépares.

La lumière arrive

Pour le dire comme Israël le disait en son temps : Christ arrive.

Comme les anges l’ont annoncé et l’annoncent de tout temps,

Présence dans l’obscurité, amour dans l’adversité, réponse aux questions sans fin,

Seul roi, seul seigneur et seul maître de toute éternité,

Porteur de lumière, de joie, de justice et de paix dans le monde, sur la terre comme au ciel.

Et tu l’attends.

Annie Lennox – Into the West

Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 4.0 International.

Avent III Flamme

Flamme dans le noir

L’Avent est un cheminement. Une fois dans l’année, mais pour toute la vie, dans l’attente que Dieu vienne et accomplisse ce qu’il a promis.

Que feras-tu de ce que tu reçois, quand ça arrivera ?

Flamme

En texte

Petite lumière.

Tu tiens dans ma main.

Je pourrais t’utiliser. Faire de toi un fanal, un soleil qui briserait les ténèbres de la nuit. Tu serais à mon service.

Je pourrais te mettre dans mon poêle, ou dans mon four, pour produire de l’énergie, maximiser ce que tu me donnes.

Je pourrais te garder chez moi, au secret, pour que personne ne sache que je te possède, pour profiter de ta chaleur.

Je pourrais aussi te lâcher dans la nature, te laisser consumer, tout embraser et mettre un terme à tout.

Je pourrais te laisser là, te laisser te consumer et partir, ailleurs.

Je pourrais…

… je peux faire une chose ou l’autre.

Petite lumière.

Que dois-je faire de toi ?

The Unforgettable Fire – U2

Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 4.0 International.

Avent II Lampes

Une ville de lampes

L’Avent est un cheminement. Une fois dans l’année, mais pour toute la vie, dans l’attente que Dieu vienne et accomplisse ce qu’il a promis.

Où se trouve l’obscurité ? Nous avons tout pour nous en défaire : lampes, guirlandes et led à foison. Et pourtant, une ligne semble se maintenir, troublant les fronts de la lutte.

Lampes

Musique d’arrière-fond “Vacation”, Alan Wake OST, de Petri Alanko.

Alan Wake

En écrivant mon article aujourd’hui, j’avais particulièrement à l’esprit le jeu Alan Wake, auquel j’avais joué sur Xbox 360, il y a maintenant déjà quelques années.

Je vous recommande de visionner ce petit bijou. ça se laisse suivre comme un film !

Visionage complet du jeu Alan Wake en Fr.

En texte

Depuis la dernière fois qu’on s’est vu, dans l’obscurité, je me suis fait une réflexion. En fait, il ne fait jamais nuit. Tant qu’on a des batteries.

Armement

Nos lampes nous permettent de faire fuir la moindre tache d’ombre. Un seul click et le combat est gagné.

Tout le long de l’année, les led dans nos vitrines et les lampadaires le long de nos rues, ou sur le bord de nos routes, sont une vigile quotidienne : un rempart contre la nuit.

Mais en décembre, chaque année, on assiste à quelque chose de spécial, comme un armement généralisé. Lorsque les nuits se rallongent, nos murs, nos fenêtres, nos portes, nos arbres et les haies de nos jardins se bardent d’instruments de combats. Chaque couleur criante supplémentaire est comme une munition rajoutée à un arsenal intarissable.

Et ça fait rêver. On est en sécurité : l’obscurité a perdu.

L’obscurité a perdu ?

Lutte onirique

On rêve.

Dans certains jeu vidéo (du style du survival horror), ton arme ou ta ressource la plus vitale est une lampe de poche.

Dans des mondes où règne l’obscurité, où des créatures monstrueuses te traquent et t’attendent dans le noir, ta plus grand angoisse sera de ne plus avoir assez de pile ou de batterie pour arriver au bout de ton chemin.

Au bout d’un moment tu comprends les mécaniques du jeu. Tu galères, mais tu arrives à finir les scènes d’action en vie, voire même avec de la réserve pour attaquer la suite et au bout d’un moment tu finis le jeu.

Mais en fait, quand tu joues à ces jeux, tu remarques que tu ne fais pas que de “jouer” (un en sens un peu trivial) : tu vis une histoire, souvent avec les codes littéraire du fantastique – ou alors plus spécifiquement, avec ceux de l’horreur. En général, la clef de ces genres, c’est que précisément tu ne sauras jamais tout : ni du protagoniste, ni du monde que tu arpentes, ni de ce qui s’est passé.

Il demeure toujours un de mystère et une ligne d’obscurité infranchissable. Par contre, le protagoniste – toi-même? – a été mis en lumière au fil de cette histoire. L’obscurité n’était pas où on l’attendait et le monstre que tu combattais, n’était pas celui qu’on pensait.

La fin de ces jeux laisse une note douce-amère, où tu ne sais pas vraiment ce que tu as réussi, ou même si tu as réussi…

L’histoire se raconte

Du coup, quand je regarde les guirlandes qui clignotent à tous les coins de rue, les lampes qui traversent l’obscurité de leur trait, je suis tenaillé par une question : que se passera-t-il quand il n’y aura plus de batterie?


Ce(tte) création est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 4.0 International.